La liberation de Miserai Aout 1944:
     

Accueil

 

Gîtes

 

Evénementiel

 

Activités

 

Vidéo

 

Tourisme

 

Disponibilité

 

Contact

 

Tarifs

 

Carte

 

 

     

 

 

 

Histoire    La chasse    Libération    Historique     Frederic Levesque     Dame Blanche

 

Pendant la 2eme guerre mondiale, Miserai était un haut lieu de la résistance Normande. Le dirigeant, Jérôme Levesque, fils du propriétaire avait fait des bois de Miserai ou il se cachait des Allemands, le cœur de la résistance locale. Découvrez sur cette page les nombreuses anecdotes et événements historiques qui se sont déroulés sur les lieux.

 

Par Jérôme Levesque et Stéphane Robine

Saint-Cyrien, le lieutenant Jérôme Levesque prend part à la campagne de France. Après l'invasion de la zone libre et la dissolution de l'armée d'armistice en novembre 1942, il regagne le domaine familial du château de Miserai à L'Hôme-Chamondot.

En mars 1943, le lieutenant Levesque est contacté par ses amis Robert et Marinette de Longcamp qui demeurent au château de la Grande Noë. Par l'intermédiaire de leur beau-frère, Gaston Thomine-Desmazures, Robert et Marinette appartiennent tous les deux au Bureau des Opérations Aériennes. Ils sont chargés par le BOA de réceptionner un parachutage d'armes sur le secteur et ils ont besoin de son assistance. Un terrain propice est alors choisi à L'Hôme-Chamondot sous le nom de code " Garde ". Avec le concours de Pierre Orgeval, Jérôme Levesque sous le nom de code "Victor" constitue un
groupe de résistants à L'Hôme-Chamondot et Moulicent avec Marie et René Croisé, Richard Ganivet, Romain Darchy, Ernest Voyer et Robert Martin. Apres le parachutage, le lieutenant Levesque récupère les armes de manière a les utiliser pour l'instruction de ses hommes.

Mais, dans la nuit du 4 au 5 juin, le
maquis de Courcerault, groupe de résistance le plus proche, est démantelé par les Allemands et le 5 juin au matin, la Gestapo encercle la propriété de Miserai. Jérôme Levesque avant de fuir a juste le temps de déplacer les armes qu'il avait caché dans l'ancienne maison du garde chasse de Miserai à la Poussinière. Pensant arrêter Jérôme Levesque, la Gestapo, se méprend et emmène a sa place son cousin Claude Levesque, qui heureusement sera relâché une quinzaine de jours plus tard. Le père de Jérôme, Judicaël Levesque est lui aussi arrêté avant d'être libéré trois jours après.
Bénéficiant de complicités locales, le lieutenant Levesque gagne La Ferté-Vidame (Eure-et-Loir), puis Marchainville et Moulicent avant de rejoindre la Bretagne, berceau de sa famille. Cependant, il retourne auprès de ses hommes début juillet et prend contact avec Maurice Clavel, alias Sinclair, commandant des FFI d'Eure-et-Loir et sa secrétaire
Sylvia Montfort. Par leur intermédiaire, il obtient deux parachutages d'armes sur le terrain " Garde " un premier le 10 juillet 1944 puis un deuxième le 31 juillet.

Le 6 août 1944, Jérôme Levesque contacte le lieutenant Gilbert Sadi Kirschen qui a été parachuté le 3 août dans le cadre de la
mission Bunyan. Les deux hommes envisagent de mener des opérations de harcèlement contre les colonnes allemandes. Dans la nuit du 8 au 9 août, le lieutenant Levesque réceptionne un renfort de quinze parachutistes sur le terrain des Menus.
A la tête de ses troupes, il participe alors aux attaques de convois allemands, notamment entre le 12 et le 14 août autour de Marchainville et de L'Hôme-Chamondot.
Apprenant que les Allemands se trouvent encore à Miserai, le lieutenant Levesque et ses hommes se portent sur les lieux et attaquent l'ennemi qui se disperse en laissant trois morts sur le terrain. Ils abandonnent un dépôt de 30.000 litres d'essence, trois camions, deux voitures, trois motocyclettes ainsi qu' armes et munitions.

Le 15 août, les Américains libèrent le secteur. Jérôme Levesque conduit des patrouilles de nuit en direction de La Ferté-Vidame et de Verneuil-sur-Avre en procédant a des opérations de déminage en vue de favoriser l'avance des troupes américaines. Le 20 août, il joint les éléments de la 2e DB du général Leclerc. A leurs côtés, il participe aux combats de Rambouillet, sur le plateau de Saclay, et entre dans Paris par le pont de Sèvres.
En septembre 1944, le lieutenant Levesque se voit confier le commandement d'une compagnie au
2e bataillon de Normandie.

La paix revenue, Jérôme Levesque poursuit sa carrière militaire qu'il terminera avec le grade de général.

 

L'anecdote de La Poussinière par Jérôme Levesque:

La Gestapo, à laquelle se sont joint des miliciens sont installés à Miserai pour rechercher les armes parachutées. Mon père fait face avec beaucoup de présence d’esprit aux questions qui lui sont posées à mon sujet: Je suis un peu le fils mal aimé, qui est rarement présent à Miserai et qui s’absente souvent sans dire ou il va. Ne trouvant rien, miliciens et gestapistes décident d’élargir leurs investigations et de se rendre au moulin de Brotz, puis à la Poussinière ou mon père se voit contraint de les conduire. L’ancienne maison du garde chasse était abandonnée depuis quelque années, Il y avait deux parties: l’étable et la maison d’habitation, j’avais cache mes armes dans le grenier de l’étable, les Allemands y arrivent avec mon père au bout de leur mitraillettes. Mon père, connaissant la présence des armes a bien cru sa dernière heure arrivée. Heureusement, Dieu merci, ils n’ont rien découvert puisque quelques heures plus tôt, pousse par un pressentiment, j’ai pris le soin de passer par la Poussinière et de retirer les armes du grenier pour les cacher dans le sous bois à cinquante mètres de là.

 

Pendant l'occupation de Miserai, Il est intéressant de noter qu'un soir, un SS pénètre dans la chambre principale du 1er étage. Voyant sa propre réflexion bouger dans l'armoire à glace, il la prend pour un résistant et décharge son luger semi automatique 9mm sur le meuble qu'il crible de balles. Nous avons encore aujourd'hui la porte de l'armoire avec les trous et la glace brisée. 

 

Sources :
AD 61 : 371 J 2 : rapport d'activité de Jérôme Levesque, [1944].
Jérôme Levesque, " Souvenirs de Résistance ", sans date, archives privées.
Michel Ganivet et Jérôme Levesque, " La Résistance à L'Hôme-Chamondot ", Michel Ganivet (dir), 1944 Libération du Perche, Fédération des Amis du Perche, 1997, pp. 175-194.

"Les Levesque de la fin du XVII siècle à nos jours", pp. 368-369

Histoire    La chasse    Libération    Historique     Frederic Levesque     Dame Blanche